Dessiner des mangas, interview d’une mangaka

L’affaire n’est plus à démontrer, les mangas sont omniprésents dans l’univers littéraire contemporain. Si à l’époque du règne de la BD franco-belge, on trouvait quelques mangas sur un présentoir au fond du rayon, aujourd’hui les propositions en tous genres et de tous univers se bousculent dans les rayons. Mais pas que, la part numérique prend une belle ampleur avec la généralisation des webtoons et autres animés. L’influence des mangas sur la jeune génération est toujours aussi présente et beaucoup ont envie de faire du dessin grâce aux mangas qu’ils lisent. Ils s’essayent à reproduire et même à créer leurs propres personnages.
Au delà du manga traditionnel, le style de dessin utilisé est de plus en plus usité dans d’autres branches graphiques. Apprendre à dessiner des mangas est avant tout une histoire de passion, et si leurs styles « simples » (devrait-on plutôt dire « simplifiés ») est attractif il faut aussi maîtriser les codes du dessin classique pour y arriver.

Quoi de mieux qu’une vraie mangaka pour nous parler de tout ça !

Introduction

Voici l’interview d’Ikuko Ikeda, illustratrice et auteure jeunesse. Ikuko a réalisé de nombreuses histoires à destination de la jeunesse mais elle intervient aussi dans d’autres domaines : elle donne notamment des cours de dessin et en Art thérapie pour les plus jeunes. Si elle a varié les styles un temps, aujourd’hui elle s’affirme dans son style de dessin façon manga et l’assume entièrement.

L’interview Ikuko Ikeda

N.A : Bonjour Ikuko, peux-tu nous présenter ton parcours en quelques mots ?

Ik.I : Bonjour. Aujourd’hui illustratrice jeunesse et auteure de bande dessinée style manga, mon parcours est composé de beaucoup de détours car je m’intéresse à beaucoup de choses. Ceci dit, je dessine et écris depuis toute petite : ma première histoire que j’ai illustrée moi-même date de mes trois ans. J’ai ensuite eu de bons professeurs : mon père écrivain (sous le pseudonyme d’Arita Hidemitsu) et ma mère anciennement illustratrice (sous le pseudonyme de Mégumi Hajime).
J’ai également pris des cours d’art plastiques (gouache et huile) au collège. Après le bac, je suis allée à L’Institut des Arts Appliqués (LISAA) pour étudier les animations 2D/3D et jeux vidéo. En 2010, je me suis lancée en tant qu’illustratrice jeunesse car le fait de mettre des images sur un texte me plaisait énormément. Or, j’ai toujours aimé dessiner des bandes dessinées, j’en faisais pour moi-même depuis mes 12 ans. Alors, il m’était naturel que j’en fasse aussi une fois adulte.

illustratrcie Ikuko Ikeda manga
Ikuko Ikeda « Votre portrait style manga ! »
dessiner des mangas – partie1

N.A : Quelles sont tes activités aujourd’hui ?

Ik.I : Je me dis illustratrice mais je suis artiste avant tout. J’ai gardé toutes mes passions et je les pratique encore. Je fais ainsi de la peinture, de la photographie, du dessin traditionnel, des illustrations et de la bande dessinée. J’écris également de la poésie et des histoires pour les enfants. Ma passion étant l’art en général, ma motivation est de faire découvrir les bienfaits de l’art sur notre corps et notre psychique. J’ai ainsi fait une formation en art thérapie et en psychologie. Je me spécialise en ce moment sur « la psychologie et dessin d’enfant ». Mais bien entendu, mon but n’est pas d’analyser les enfants : la psychologie me permet de mieux les comprendre et de les aider à avoir plus confiance en eux à travers la pratique de l’art plastique. Ça marche aussi pour les adultes ☺

Quelques réalisations d’Ikuko Ikeda

dessiner des mangas – partie2

N.A : Qu’est ce qui t’as amené au dessin, puis à l’illustration et plus particulièrement au dessin de mangas ?

Ik.I : Le dessin, ainsi que l’illustration et l’écriture ont toujours fait partie de ma vie. Ma tante travaillait dans une grande maison d’édition japonaise, elle était scénariste manga également (sous le pseudonyme de Hanyu Atsuko) et elle m’offrait tout plein de livres et manga. Mon père écrivait. Ma mère dessinait lorsqu’elle avait le temps et elle avait des amies mangakas. Mes parents lisaient aussi des mangas. J’ai donc grandi entouré de livres, de mangas, de dessins.

dessiner des mangas partie 3

N.A : Quelles sont tes influences (côté manga) ? Es-tu plutôt « animes » ou plutôt « papier »?

Ik.I : J’aime beaucoup les animes mais ce n’est pas pareil que les mangas. Pour moi, les deux se complètent. Si j’ai un anime qui me plait, j’irai voir le manga papier et vice-versa.
Côté manga, niveau narrative, je pense que mon style rapproche des anciens mangakas car ce sont les tous premiers mangas que j’ai lu avec mes parents et cela marque l’esprit. Je citerai donc Akatsuka Fujio, Fujiko Fujio, Tezuka Osamu. Ces mangakas ont posés les bases du manga moderne et je les admire beaucoup. Leurs planches sont assez calmes, plus proche de la bande dessinée que du manga actuel.
Pour ce qui est du graphique, je dirais que mes personnages sont un peu plus modernes mais dans un style années 1990 car c’est dans ces années-là que j’ai commencé à dessiner des mangas, en copiant mes personnages préférés. Mon adolescence peut-être résumé par les mangas de Takashi Rumiko (Ranma ½, Inuyasha…), de Kurumada Masami (Saint Seiya, B’t X…) et Sailor Moon. Après, pour les histoires, j’ai des influences plus classiques.

N.A : As-tu d’autres influences, plus « classiques » ?

IIk.I : Mes influences plus classiques sont plus pour les histoires. J’ai beaucoup lu les romans et nouvelles d’Amélie Nothomb et Bernard Werber : ces auteurs ont marqué ma jeunesse. J’aime également les histoires assez psychologiques, philosophiques, du coup, j’ai lu beaucoup de livres de philosophie et j’ai appréciés les Platon, Nietzsche et Voltaire. J’ai aussi apprécié la philosophie médiévale avec Saint Bonaventure et Saint Thomas d’Aquin. Après, pour la peinture, j’aime beaucoup les impressionnistes comme Monet et Renoir, je pense que mes choix de couleurs viennent de là.

dessiner des mangas partie 4

N.A : Quelles sont les techniques traditionnelles que tu utilises pour dessiner et peindre ?

Ik.I : Pour la peinture, j’aime beaucoup mélanger les médias. J’utilise principalement de l’acrylique que je mélange avec du vernis à ongle, des feutres, des paillettes… Pour mes dessins, c’est pareil. J’aime mélanger. J’utilise principalement de l’aquarelle que je mélange avec de l’encre de Chine, des crayons de couleurs, pastel gras, pastel sec, feutre.
Je pense que moi-même étant une mélange de culture franco-japonaise, j’aime mélanger de tout.
Je n’ai pas de matériel préféré, j’aime quand tout est mélangé ☺

dessiner des mangas partie 6

Un manga n’est pas forcément une histoire avec des personnages aux grands yeux.

Ikuko I.

N.A : Et avec les techniques numériques ?

Ik.I : Je dessine d’abord au crayon et je scanne pour retravailler les traits au numérique. Je fais la couleur directement sur ordinateur.

N.A : Quel est ton processus de création d’un personnage ?

Ik.I: A l’école d’art appliqué, on nous a appris à faire des croquis, des brouillons, des dessins de recherches mais personnellement, pour moi, tout se passe dans ma tête. J’aime imaginer et visualiser un personnage dans son contexte, en train de vivre son histoire. Une fois que j’ai bien visualisé, je dessine directement.

N.A : Comment définirais tu le dessin de manga par rapport au dessin de cartoon ? (Ou l’inverse)

IIk.I : Je pense qu’on ne peut pas comparer car c’est deux choses complètement différentes. Un cartoon est un dessin animé reprenant certains codes visuels pour exagérer les sentiments (les yeux qui ressortent, le cœur qui bat fort, etc.). Mais ces codes ont aussi été repris par certains mangakas. De plus, « manga » veut dire « bande dessinée » en japonais donc il y a de tous les styles. Cela inclus donc aussi les dessins cartoon.
Un manga n’est pas forcément une histoire avec des personnages aux grands yeux. Je pense notamment aux mangas « Chibimaruko-chan » et plus récemment « Mainichi Kaasan » qui ont des dessins de personnages très éloignés de ce que nous connaissons en style manga. Après, pour les cartoons c’est pareil, il y a du « Tiny Toon » tout comme du « Scooby-Doo ! », deux styles bien différents. Je dirais que le manga et le cartoon sont cousins, ils tirent leur origine dans les comics américains de l’avant-guerre mais qu’ils ont évolués différemment.

Ikuko Ikeda en pleine activité !
dessiner des mangas partie 7

N.A : La passion du dessin naît chez de nombreux jeunes qui lisent des mangas et les reproduisent. Quels conseils pourrais-tu leur donner pour progresser ?

Ik.I : Si c’est en loisir, je pense qu’il faut continuer à s’amuser en dessinant car pour moi, le plus important c’est de s’amuser, de « s’éclater » en faisant ce qu’on aime. Pour les personnes qui veulent tout de même aller plus loin, je pense que lire beaucoup de manga, de bandes dessinées, des comics, voir beaucoup de style différents pourraient les aider à s’améliorer. Aussi, sortir de son zone de confort et essayer de dessiner d’autres styles (manga ou autres).

1986
1990
1991
1994
1998

Ik.I : Je suis née en 1982 donc en 1986, j’avais 4 ans – on voit déjà l’influence des mangas sur mon style. 1990, première tentative de mélange aquarelle/crayons de couleur. 1991, premier tableau à l’huile. 1994 : premier dessin numérique 1998 : premier tableau mélange de techniques peinture aérosol/feutres/acrylique.

N.A : Pour terminer cet entretien, je vais te demander un petit exercice de style : écrire une seule et unique belle phrase qui contient ton légume préféré 🙂

Ik.I : Peu importe ce que les autres disent, moi Tomate, je suis un légume car je l’ai décidé ainsi.

Dessiner des mangas, conclusion

Un grand merci à Ikuko Ikeda pour avoir répondu de manière très complète à cet entretien (et aussi pour le partage de ses visuels).

Pour conclure, je trouve cette branche de la B.D plutôt fascinante pour les vocations qu’elle suscite. Car loin de se contenter de reproduire, beaucoup de jeunes gens qui lisent des mangas ont aussi très envie de créer leurs propres personnages, leurs propres histoires, et ça c’est très cool ! Attention toutefois à ne pas négliger l’apprentissage des bases du dessin qui permettront de donner encore plus d’élan à la créativité !


En bonus sur cet article voici un lien (affilié) vers les leçons très accessibles de Pit (voir l’article « Des tutos en dessin tu t’autoriseras ») pour permettre de consolider ses bases en dessin (et pas que !):

Allez plus loin avec la formation complète de Pit sur les bases du dessin

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!