Peindre dehors

Parfois l’été, vous aurez peut être croisés quelques peintres au look un peu poétique. Personnages se promenant par les chemins, chapeau sur la tête et le foulard au vent, le pinceau léger (ou pas) absorbé dans la contemplation du paysage. Car oui, peindre dehors, ça absorbe sacrément.

Pourquoi aller se mettre en plein vent, ou sous le soleil (ou la pluie!) ?

Quelle idée incongrue au premier abord que d’aller se mettre dehors pour peindre, alors qu’on est tellement plus à l’aise devant sa table ou son chevalet. A l’abri des conditions climatiques, bien calé sur sa chaise, avec tout son matériel à portée de main.

Parce que dehors c’est plus fun

Rien ne remplace le réel. Même si on aime travailler d’après photo, cela reste une photo… La photo est une image et donc elle a fait la moitié du boulot, c’est à dire qu’il y a déjà : un point de vue, une lumière, une image construite et figée, en deux dimensions. En peignant d’après photo, vous ne faites donc « plus que » la moitié du job du peintre… Il y a quelque chose de vraiment captivant à peindre d’après le réel, essayez, vous verrez !

 

rosa-bonheur
Le labourage nivernais, Rosa Bonheur, 1849, Musée d’Orsay

Ci-dessus, une peinture de Rosa Bonheur réalisée en 1849 (avec son sujet de prédilection que sont les bovins). Il n’y avait pas d’appareil photo à l’époque, et même si cette peinture n’est pas « in situ« , elle a étudié le mouvement des animaux, la lumière et l’ensemble ressort de manière réaliste. On pourrait dire qu’elle a fait 200% du job…

Il faut pratiquer un peu

Au début, ça peut être intéressant de commencer par quelques heures. Histoire de voir aussi avec quoi s’équiper. C’est beaucoup plus fatiguant que de peindre en intérieur. Déjà, car la concentration requise est plus importante (cette fois-ci, n’oubliez pas : vous faites tout le job) et vous devez souvent être dans des positions moins confortables qu’à l’accoutumée. Le plus intéressant est de rejoindre un groupe.

Vous n’aimez pas qu’on vous regarde peindre ?

Mon pire souvenir de peinture en extérieur a été sur une plage en Bretagne du Nord, toute la journée à lutter contre le vent (puis le soleil, puis la pluie…), à perdre mon matériel dans les hautes herbes. Mais ce fût néanmoins une expérience assez formatrice. A côté de ça, quelques passants qui s’arrêtent pour regarder c’est vraiment le côté sympa du truc. J’entends souvent « je n’arrive pas à travailler avec les gens qui regardent« , c’est possible qu’au début ce soit un peu perturbant tous ces curieux qui jettent un coup d’œil. Mais il ne faut pas oublier que de toute façon se serait bien de montrer votre travail à la fin, et si les gens s’arrêtent c’est qu’ils apprécient généralement ce que vous faites…

Un peu d’histoire

La peinture en plein air s’est développée avec le mouvement impressionniste*. Pour sortir de l’atelier le matériel s’est adapté (toile sur châssis, peinture en tube, chevalet de campagne…). On utilise plus fréquemment l’expression « peindre sur le motif« , ou « in situ« . Ce qui veut dire qu’on peint directement ce qu’on voit, notre œil devient l’outil et tous nos sens sont aux aguets pour appréhender l’univers réel en constante modification (temps, lumière, mouvements…).

Claude Monet – Impression, soleil levant -1872/1873 Musée Marmottan, Paris

Peindre dehors, les sorties de l’atelier, ou les ateliers en sortie…

Pensez à regarder régulièrement ma page d’atelier pour être au courant des prochaines sorties (en local). J’aime organiser ces sorties car elles sont l’occasion de (re)découvrir les sites locaux et leurs activités.

Vous trouverez aussi d’autres artistes qui organisent des stages « longue durée » en France ou à l’étranger. D’autres encore partagent leur amour du dessin in situ (tels les urban sketchers, mais il y a d’autres mouvements parfois plus locaux, renseignez-vous).

*vers le milieu du 19e, les plus connus : Claude Monet, Auguste Renoir, Édouard Manet…

Articles similaires

1 Comment

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
consectetur Praesent sem, Nullam id, libero mattis Lorem Donec ante.